Image Large 1170 x 400: 

 

Selon une récente étude menée aux Royaume-Uni, le diabète pourrait être diagnostiqué grâce à une analyse oculaire faite par biomicroscope reposant sur la mesure de l’autofluorescence du cristallin.

 

C’est une avancée digne d’un film de science-fiction mais qui pourrait bien devenir la méthode diagnostique de demain en diabétologie. Le diabète serait prédictible en effet à l'aide d'un simple scan oculaire. Une étude menée à la faculté de médecine d’Exeter au Royaume-Uni a démontré la possibilité de détecter le diabète de type 2 ou le prédiabète en mesurant le niveau d’autofluorescence du cristallin (1).

 

Une méthode basée sur la détection des produits de glycation avancée

C’est un biomicroscope de nouvelle génération déployant une lumière fluorescente dans l’œil qui permettrait de déterminer le taux de produits de glycation avancée (AGE). Ces derniers résultent de la condensation entre la fonction réductrice d’un sucre et de la fonction NH2 libre d’un acide aminé libre d’une protéine. La glycation peut provoquer alors l’opacification du cristallin en induisant des réactions réticulant les protéines (2).

Dans cette recherche, 20 personnes souffrant d’un diabète de type 2, 20 autres en état de prédiabète et 20 sujets sains ont subi des examens médicaux et neurologiques, incluant une mesure de l’autofluorescence de leur cristallin par biomicroscope.

 

De la nécessité de mener des recherches supplémentaires

L'étude a révélé une augmentation significative des niveaux d'AGE dans les yeux des patients atteintes de diabète de type 2 et de prédiabète, laissant à penser que l’autofluorescence du cristallin pourrait être un marqueur fiable de la maladie, permettant ainsi d’identifier les personnes susceptibles de la développer ainsi que ses complications. Le taux de produits de glycation avancée était corrélé en outre avec les niveaux de sucre dans le sang des sujets de l’étude. Pour autant, d’autres recherches avec de plus grandes cohortes et sur une durée d’inclusion plus longue sont nécessaires afin de confirmer la fiabilité de cette méthode diagnostique.

 

Sources

(1)Van Waateringe RP. et al. Skin autofluorescence predicts incident type 2 diabetes, cardiovascular disease and mortality in the general population. Diabetologia. 2019 Feb;62(2):269-280. DOI : 10.1007/s00125-018-4769-x. Epub 2018 Nov 21.

(2)Wautier MP, Tessier F.J et Wautier JL. Les produits de glycation avancée : un risque pour la santé humaine. Annales Pharmaceutiques Françaises, novembre 2014. Volume 72, n° 6. Pages 400-408. DOI : 10.1016/j.pharma.2014.05.002.