Ainsi que l’écrit le Professeur P. Godeau, président du comité scientifique de L’Institut Servier, dans son introduction, la vulnérabilité est un « concept d’avenir ». Il y a deux raisons principales à cela. D’une part, la longévité de la population ne cesse de s’accroître (au point que désormais on classe les personnes âgées de plus de 30 ans en deux classes : les jeunes–vieux (60–74 ans) et les vieux–vieux (75 et plus). D’autre part, les progrès de la science ont permis la découverte du génome, et de déterminer les gènes de susceptibilité qui favorisent l’apparition de certaines pathologies rendant le sujet « vulnérable » ou « fragile », selon les auteurs, et favorisant son « vieillissement ».
Ayant identifié les sujets vulnérables (ou fragiles), il convient maintenant d’approfondir les connaissances sur les mécanismes physiopathologiques de la vulnérabilité et de proposer des mesures capables de parer à la vulnérabilité, et de retarder par la même le vieillissement. 
Paradoxalement, si la science n’a pas encore élucidé tous les mécanismes biologiques et cellulaires qui président à la vulnérabilité et au vieillissement (phénomène universel), la médecine, elle, peut déjà proposer des remèdes pour parer à la vulnérabilité, prévenir et retarder l’apparition du vieillissement. 
Il en est ainsi pour le système locomoteur : la nutrition et le sport sont deux facteurs essentiels pour une meilleure protection contre l’apparition de l’ostéoporose. Le vieillissement vasculaire peut être atténué à l’aide de nouvelles approches thérapeutiques. Le diabète et tous les processus dégénératifs et de comorbidité qui lui sont associés quand il n’est pas équilibré (cataracte, arthrite, hypertension artérielle) peuvent être combattus par une régulation appropriée de l’insulinémie, des facteurs de croissance et de la surproduction de radicaux libres. Enfin, une meilleure définition des troubles neuropsychosensoriels, (troubles thymiques, maladies sensorielles, troubles cognitifs, plaintes mnésiques et maladie d’Alzheimer…) permet d’apporter des solutions thérapeutiques ciblées. 
On comprend que le vieillissement de la population entraîne indiscutablement des bouleversements politico-économiques sur lesquels la société doit inévitablement se pencher : la part des plus de 60 ans devrait passer du cinquième au tiers de la population en 2050. Il est donc clair que cet accroissement important de la longévité, accompagné par la fragilité, la détérioration chronique, et l’invalidité change fondamentalement les demandes du système de santé. Des perspectives et des mesures socioéconomiques nouvelles et adaptées devront émerger au cours du XXIe siècle. 
Mais enfin, même si la médecine nous permettra sous peu de dépasser 100 ans, et d’arriver au « grand âge » dans un état de santé satisfaisant, notre angoisse face à l’inéluctable, à la mort demeurera : le Professeur J. Chanteur, philosophe, nous propose une représentation du vieillissement susceptible d’apporter un encouragement à bien vieillir et un moyen pour y parvenir afin que « la mort devienne pour chacun le point d’orgue où s’adosse le sens de sa vie ». Ce colloque sur Vulnérabilité et vieillissement : comment les prévenir, les retarder ou les maîtriser ? est le deuxième organisé par L'Institut Servier. Il est suivi par un troisième colloque sur le Génome : avancées scientifiques et conséquences sociales. 
En organisant des colloques sur des thèmes scientifiques de pleine actualité, L'Institut Servier pérennise les valeurs du Groupe de recherche Servier. Ces valeurs, définies par son fondateur, le Docteur Jacques Servier, s'expriment par la volonté constante de développer la recherche sous toutes ses formes et la connaissance médicale pour le progrès de la médecine, l'attente des médecins et le mieux-être des patients.

Sommaire

Préface
Béatrice Guardiola-Lemaître

Vulnérabilité : un concept d’avenir ?
Pierre Godeau

Jeunes–vieux et vieux–vieux : les perspectives démographiques
Jacques Dupâquier

Rôle de la génétique dans la modulation de la longévité
George M. Martin

Bases biologiques du vieillissement
Karl-Heinze Krause

La fragilité est-elle inéluctable avec l’avance en âge ?
Jean-Pierre Michel

Nutrition et ostéoporose du sujet âgé
René Rizzoli

Paroi artérielle et vieillissement vasculaire
Michel Safar

Diabète, vieillissement et vulnérabilité
Alan J. Sinclair

Vulnérabilité et troubles thymiques chez le sujet âgé : cause ou conséquence ?
Jean-Marie Léger, Jean-Gabriel Ouango

Plainte mnésique, trouble cognitif léger et maladie d’Alzheimer au stade prédémentiel
Bruno Dubois, Yves Agid

Le patient vulnérable dans le système de santé actuel
Hannes-B. Stähelin

Vieillir : angoisse ou espérance ?
Janine Chanteur

Vulnérabilité et vieillissement : comment les prévenir ?
Jean-Pierre Michel, Pierre Godeau

 

Auteurs
Béatrice Guardiola-Lemaître, Pierre Godeau, Jacques Dupâquier, George M. Martin, Karl-Heinze Krause, Jean-Pierre Michel, René Rizzoli, Michel Safar, Alan J. Sinclair, Jean-Marie Léger, Jean-Gabriel Ouango, Bruno Dubois, Yves Agid, Hannes-B. Stähelin, Janine Chanteur, Jean-Pierre Michel
Auteurs
Béatrice Guardiola-Lemaître, Pierre Godeau, Jacques Dupâquier, George M. Martin, Karl-Heinze Krause, Jean-Pierre Michel, René Rizzoli, Michel Safar, Alan J. Sinclair, Jean-Marie Léger, Jean-Gabriel Ouango, Bruno Dubois, Yves Agid, Hannes-B. Stähelin, Janine Chanteur, Jean-Pierre Michel
Catégorie
Vieillissement
Type de publication
Acte
Année
2001
Télécharger la publication