Tout est périssable… l’homme n’y fait pas exception. Le mythe de l’immortalité a, dès l’aube de l’humanité, hanté les esprits. Certitude d’un au-delà pour les croyants, recherche d’un élixir de longévité… Espoir d’une vieillesse heureuse mais crainte des handicaps liés à l’âge : les progrès de la médecine laissent entrevoir des perspectives insoupçonnées il y a quelques décennies. Sommes-nous prêts à en accepter les conséquences démographiques et économiques ? Il est déjà bien tard… Les jeux sont faits pour les prochaines années ! La révolution scientifique a parfois des retombées inattendues. Des prévisions à long terme nécessitent une coordination des médecins de toute discipline, des chercheurs en biologie du vieillissement, des décideurs politiques et économiques. L’idéal d’un troisième âge d’une durée croissante, avec la préservation d’une autonomie totale et de la plénitude des facultés physiques et intellectuelles n’est plus une illusion. C’est une réalité. À nous d’en assurer les possibilités matérielles.
L’accroissement de la longévité est à la fois un espoir légitime et un défi économique à relever. Tant dans la presse que dans les milieux scientifiques, une somme impressionnante d’articles a été consacrée à ce problème d’actualité. Je citerai simplement deux réunions récentes concernant ce thème. Il y a un peu plus d’un an, sous l’impulsion de Jean-Pierre Michel, l’un de nos conférenciers de ce jour et membre hyperactif du comité scientifique de l’Institut Servier, nous avions consacré une journée à l’étude du concept de « vulnérabilité, fragilité », qui recoupe en partie l’étude de la longévité. Par ailleurs, un colloque international s’est tenu dans le cadre prestigieux de l’Institut de France et l’un de ses principaux organisateurs était Étienne-Émile Baulieu, ici présent, vice-président de l’Académie des sciences. À ce colloque avaient participé l’Académie nationale de médecine, dont j’ai l’honneur de faire partie, l’Académie des sciences morales et politiques, l’Academy of Medical Science of United Kingdom. Le thème en était précisément « Aspects scientifiques, médicaux et sociaux de la longévité et du vieillissement ». À côté des données démographiques – qui sont relativement faciles à appréhender par un large public et que l’on pourrait schématiser par le symbole : le passage d’une société à deux générations à une société à quatre générations – le but que l’on doit viser est de vieillir en bonne santé, car rien ne sert d’accroître la longévité si c’est dans un état de dépendance. En revanche, l’étude des mécanismes moléculaires du vieillissement ou des marqueurs génétiques de la longévité est un domaine très ardu. Elle suppose un prérequis scientifique que beaucoup de médecins ne possèdent pas et qui, a fortiori, n’est pas accessible aux décideurs politiques, qui seront contraints de faire confiance aux experts. En outre, ce domaine est mouvant, plein d’incertitudes. Passer du modèle animal au modèle humain est très difficile. On a beaucoup parlé d’un nématode au nom rébarbatif, Caenorhabditis elegans, ou C. elegans, c’est plus facile et peut-être plus élégant ! Il est possible, par des manipulations génétiques, de doubler la durée de vie de ce nématode. J’ignore si l’on arrivera au même point pour l’homme, je ne pense pas que cela soit très souhaitable. Il serait hasardeux et téméraire de passer directement du nématode à l’homme. Ces modèles animaux ont l’intérêt de montrer le rôle de la génétique. En fonction de leurs différences génétiques, les animaux d’un même ordre peuvent avoir un potentiel de longévité tout à fait différent. Cependant ces animaux sont eux aussi sensibles à l’environnement. Et cela, je crois, est un point important. 
Avant de passer la parole à Mme le professeur Françoise Forette, je me bornerai à formuler le voeu que cette journée contribue à la fois à enrichir nos connaissances et à nous faire réfléchir aux multiples problèmes scientifiques, éthiques, économiques et sociaux posés par l’accroissement continu de la longévité, dont l’impact philosophique ne doit pas être sous-estimé.

Sommaire

Accroissement de la longévité : un espoir légitime et un défi économique à relever
Pierre Godeau

La démence, paradigme des défis de la longévité
Françoise Forette

La révolution de la longévité va-t-elle réussir ?
Robert N. Butler

Le nombre des octogénaires va tripler
Henri Leridon

Vieillissement en bonne santé et dynamique des dépenses de santé
Stéphane Jacobzone

La recherche gériatrique est une priorité
Jean-Pierre Michel

Maladie d’Alzheimer : un défi pour l’Europe
Bruno Vellas

Les pilules de la mémoire sont pour bientôt
Étienne-Émile Baulieu

L’éthique face à la longévité de la population
Janine Chanteur

Les médicaments chez le sujet âgé
Jean-Marie Vetel

Scénarios hétérodoxes pour la mortalité, la morbidité et la dépendance
Alain Parant

Mythes, représentations psychosociales et vécus de la longévité
Sylvie Fourtané

Relever le taux d’activité et préserver la qualité de la longue vie : un double défi politique
Jacques Barrot

Table ronde
animée par Hélène Cardin






 

Auteurs
Pierre Godeau, Françoise Forette, Robert N. Butler, Henri Leridon, Stéphane Jacobzone, Jean-Pierre Michel, Bruno Vellas, Étienne-Émile Baulieu, Janine Chanteur, Jean-Marie Vetel, Alain Parant, Sylvie Fourtané, Jacques Barrot, Hélène Cardin
Auteurs
Pierre Godeau, Françoise Forette, Robert N. Butler, Henri Leridon, Stéphane Jacobzone, Jean-Pierre Michel, Bruno Vellas, Étienne-Émile Baulieu, Janine Chanteur, Jean-Marie Vetel, Alain Parant, Sylvie Fourtané, Jacques Barrot, Hélène Cardin
Catégorie
Vieillissement
Type de publication
Acte
Année
2002
Télécharger la publication