Qu’est ce que le « principe de précaution » ?
Malgré les efforts déployés une grande confusion subsiste quant à sa définition et son interprétation. Cette confusion rend difficile son application, dont les conséquences restent inconnues.
« Le principe de précaution est une garantie contre les risques potentiels qui ne sont pas encore identifiables dans l’état actuel de nos connaissances. Ce principe affirme qu’en l’absence de certitude scientifique formelle l’existence d’un risque de dommage grave ou irréversible impose la mise en oeuvre de mesures permettant de prévenir ce dommage » – nous dit-on.
Mais que pense le scientifique de la « certitude scientifique » ? Existe-t-elle vraiment ? Cette dernière est-elle perçue de manière identique qu’elle vienne d’experts du secteur public ou du secteur privé ? Les points de vue différents n’ajoutent-ils pas à la confusion générale ? La « certitude scientifique » sort-elle indemne de la simplification par les relais d’informations indispensables entre les experts et le public non spécialisé, que sont les médias ? 
Face à l’ambiguïté de sa définition, la confusion de son interprétation, comment peut-on appliquer le « principe de précaution » ?
S’il revêt diverses formes selon les traités, si une compréhension unique et commune de sa définition fait défaut, alors quel sera son statut dans les droits administratif, communautaire et international ? Enfin, qui doit légiférer ?
Le « principe de précaution » fait naître des espoirs dans la conscience collective. S’agit-il d’un mythe du risque zéro ? Est-il inéluctable en ce début de XXIe siècle et
s’impose-t-il ? Que restera-t-il alors des responsabilités individuelles face aux choix que nous impose la vie ? Et s’il s’agissait d’un luxe pour les nantis… ? Enfin, quelles seront les conséquences sociales et économiques de son
application ?
Lors de son premier colloque organisé le 9 novembre 2000 à Paris sur le « principe de précaution », L’Institut Servier1, en collaboration avec The Economist, a rassemblé autour d’une même table et durant une journée, philosophe, sociologues, scientifiques, médecins, avocats, assureurs, responsables de la sécurité sanitaire, alimentaire et de l’environnement, journalistes, parlementaires français et européens et décideurs politiques, qui ont exprimé leur point de vue.
Comme l’a mentionné le ministre de la Justice et garde des Sceaux Mme Marylise Lebranchu, lors de son discours de clôture : « Je pense que votre colloque a fait oeuvre utile. »
Ce colloque sur « le principe de précaution » est le premier organisé par L’Institut Servier. Il sera suivi par deux colloques, respectivement en octobre et décembre 2001. Le premier aura pour thème « la vulnérabilité et le vieillissement : comment les prévenir, les retarder ou les maîtriser ? » et le second « le génome : avancées scientifiques et thérapeutiques et conséquences sociales ». Les actes seront publiés et édités par Sciences et Technologie dans le cadre de la collection « Les colloques de L’Institut Servier ».
En organisant des colloques sur des thèmes scientifiques de pleine actualité, L’Institut Servier pérennise les valeurs du Groupe de Recherche Servier. Ces valeurs, définies par son fondateur, le Docteur Jacques Servier, s’expriment par la volonté continue de développer la recherche sous toutes ses formes et la connaissance médicale pour le progrès de la médecine, l’attente des médecins et le mieux-être des patients.

Sommaire

Préface
Béatrice Guardiola

Le point de vue d’un philosophe
Janine Chanteur

Le principe de précaution dans le droit : Introduction
Jean-Marie Coulon

Le point de vue d’un sociologue
David Gee

Le principe de précaution en droit européen et international
Jean-Pierre Cot

Le point de vue britannique
Sharron McEldowney

Introduction à l’application du principe de précaution
Guy de Vel

Le rôle des médias dans l’émergence du besoin de sécurité
Christine Ockrent

Le principe et sa mise en oeuvre vus par les consommateurs
Sabine Paugam

La situation de la sécurité alimentaire en France et en Europe
Martin Hirsch

L’exemple du médicament
Jean-Pierre Bader

Le principe de précaution
David Byrne

Introduction aux enjeux du principe de précaution
Gérard Milhaud

Le principe de précaution et la vie économique
Bernard Wolfer

Le point de vue des assureurs
François Ewald

Le principe de précaution : un luxe pour les nantis ?
Daouda Traore

La nécessité d’informer
Jean-Yves Le Déaut

Le rôle éducateur des médias
Gérard Leclerc

Synthèse
Shareen El Feki

Conclusion générale
Marylise Lebranchu

Auteurs
Béatrice Guardiola, Janine Chanteur, Jean-Marie Coulon, David Gee, Jean-Pierre Cot, Sharron McEldowney, Guy de Vel, Christine Ockrent, Sabine Paugam, Martin Hirsch, Jean-Pierre Bader, David Byrne, Gérard Milhaud, Bernard Wolfer, François Ewald, Daouda Traore, Jean-Yves Le Déaut, Gérard Leclerc, Shareen El Feki, Marylise Lebranchu
Auteurs
Béatrice Guardiola, Janine Chanteur, Jean-Marie Coulon, David Gee, Jean-Pierre Cot, Sharron McEldowney, Guy de Vel, Christine Ockrent, Sabine Paugam, Martin Hirsch, Jean-Pierre Bader, David Byrne, Gérard Milhaud, Bernard Wolfer, François Ewald, Daouda Traore, Jean-Yves Le Déaut, Gérard Leclerc, Shareen El Feki, Marylise Lebranchu
Catégorie
Le patient
Type de publication
Acte
Année
2000
Télécharger la publication