Programme du Colloque 2017 : Médecine de Précision et Thérapeutiques ciblées: Réalités et Perspectives
Organisé par :
Bernard DEVULDER, Dominique BELLET et Jean-Paul TILLEMENT
9h - 9h20
Introduction - Définition & objectifs du colloque : choix sélectif dans des domaines pertinents avec progrès thérapeutiques acquis
Dominique BELLET et Jean-Paul TILLEMENT
La longue tradition consistant à écouter, examiner puis traiter un patient, se conjugue aujourd’hui avec la génomique, la bioinformatique et l’intelligence artificielle pour créer la médecine de précision qui transformera la pratique de la médecine. Découvrez comment ces concepts se définissent et ce qu’ils signifient pour l’avenir de la pratique clinique.
9h20 – 9h50
Intégration des caractéristiques génétiques et cinétiques individuelles pour l’optimisation pharmacologique des médicaments.
Pierre MARQUET (Limoges)
A partir de l’exemple de la transplantation d’organe, P. Marquet décrit comment la recherche translationnelle pourrait contribuer à optimiser la réponse thérapeutique, en particulier avec les déterminants génétiques de la pharmacocinétique et le rôle du suivi thérapeutique.
9h50 – 10h20
Médecine de précision - Evaluation gériatrique standardisée
Fati Nourhashémi (Toulouse)
Avec l’augmentation de l’espérance de vie, les soins gériatriques vont prendre de plus en plus d’importance au cours des décennies à venir. F. Nourhashemi nous montre comment l’évaluation gériatrique standardisée se transforme pour une meilleure compréhension de l’évolution et de l’impact de la fragilité et des trajectoires d’incapacité chez les sujets âgés.
10h20 – 10h50
Génomique et médecine de précision : Problèmes de mise en œuvre et perspectives
Francis GALIBERT (Rennes)
La cartographie du génome humain et le développement du séquençage de nouvelle génération (NGS) ont contribué aux avancées dans le dépistage, la pharmacogénétique et les thérapies ciblées. F Galibert décrit l’impact de ces avancées sur la médecine de précision ainsi que les questions technologiques, règlementaires, éthiques et financières qu’elles ont soulevées.
11h20 – 11h50
Prise en compte des interactions médicamenteuses : une plateforme de monitoring.
Jacques TURGEON (Moorestown, New Jersey)
Les avancées de la bioinformatique ont permis l’élaboration d’outils sophistiqués de support à la décision clinique. Ils intègrent aussi bien les données sur l’inhibition compétitive d’un médicament, son affinité et les voies métaboliques, que les facteurs environnementaux et génétiques d’un patient. J. Turgeon nous montre comment ces outils permettent de garantir aux patients un traitement individualisé avec le maximum de bénéfices et le moins d’inconvénients possible.
11h50 – 12h20
Ciblage thérapeutique de l’interleukine 17 : un exemple de médecine translationnelle.
Pierre MIOSSEC (Lyon)
14h00 – 14h30
Réalités et perspectives de la médecine de précision. Diabète de type 2 et hypercholestérolémie
André SCHEEN (Liège)
Le diabète de type 2 et l’hypercholestérolémie sont deux pathologies issues de la combinaison d’un terrain génétique et de facteurs environnementaux, mais leur traitement s’est fondé sur une approche purement phénotypique. Découvrez comment la médecine personnalisée s’applique aux choix thérapeutiques pour ces deux pathologies, pour individualiser le traitement et réduire le risque de morbi-mortalité cardiovasculaire.
14h30 – 15h00
Faut-il séquencer la tumeur de tout patient atteint de cancer ?
Christophe LE TOURNEAU (Paris)
En sommes-nous arrivés au stade où chaque patient cancéreux devrait avoir un séquençage de sa tumeur? Un traitement anticancéreux peut-il réellement être individualisé à partir de la carte génétique de la tumeur du patient, ou bien devrons-nous encore attendre un peu avant que le séquençage universel des tumeurs prenne un sens au plan clinique ? Ces questions sont abordées par C. Le Tourneau dans sa communication.
15h00 – 15h30
Des situations complexes : l’exemple de la transplantation rénale
Thierry HAUET (Poitiers)
Chaque année un nombre croissant de personnes reçoit une transplantation rénale. Le succès de cette intervention repose sur différents facteurs liés au donneur, au receveur et à l’organe. T. Hauet nous montre comment l’application de la médecine de précision à l’évaluation des greffons, peut potentiellement améliorer les résultats de la transplantation, bien qu’il existe déjà plusieurs scores d’évaluation et de prédiction du devenir du greffon à long terme.
15h30 – 16h00
Thérapies géniques, cellulaires, cellules souches : Perspectives et Limites.
Salima HACEIN-BEY (Paris)
S. Hacein-Bey rappelle l’histoire de la thérapie génique, les succès et échecs de la technologie de transfert de gènes ex vivo dans les maladies héréditaires. Elle nous décrit également le développement de la thérapie cellulaire CAR-T dans le cancer, et l’émergence d’opportunités très prometteuses avec les nouvelles technologies d’édition de gènes comme le CRISPR.
16h00 – 16h30
Réflexion sur la médecine de précision : Quels champs d’application, quel coût et pour qui ?
Jean-Pierre MICHEL (Genève)
JP. Michel s’interroge sur la médecine de précision : que signifie-t-elle pour le clinicien et les patients ? Quel est son champ d’application ? Quels en sont ses bénéfices et pour qui ? Mais aussi, quels sont les principaux défis et risques pour les prescripteurs, les patients, les systèmes de santé, les autorités règlementaires ? Sommes-nous préparés face à ce que ce changement fondamental implique en pratique médicale?