Image Large 1170 x 400: 

Les femmes ayant eu un diabète gestationnel au cours de leur grossesse, présenteraient davantage de risque de développer une calcification coronaire. Une étude américaine communautaire multicentrique récente le démontre.

 

Le diabète de grossesse, trouble de la tolérance glucidique

Certaines femmes enceintes développent un diabète gestationnel au cours de leur grossesse. Il s’agit d’une intolérance au glucose apparaissant généralement vers la fin du second trimestre, entrainant une augmentation chronique de la glycémie. L’OMS définit le diabète gestationnel comme un trouble de la tolérance glycémique provoquant une hyperglycémie chronique dont la sévérité est variable selon les cas.

Les causes de ce type de diabète ne sont pas toujours connues ou évidentes mais il peut parfois être dû à un dysfonctionnement des cellules bêta pancréatiques ou parfois à une résistance à l'insuline suite à la libération hormonale placentaire. En effet, le lactogène placentaire humain est la principale hormone responsable de l'augmentation de la résistance à l'insuline. D'autres hormones entrent également en ligne de compte dans la stimulation de la résistance à l’insuline telles que l'hormone de croissance, la prolactine ou bien encore l'hormone de libération de corticotropine et la progestérone.1

 

Deux fois plus de risques de calcification coronaire après un diabète gestationnel

Fort heureusement, pour la majorité des femmes concernées, le diabète disparait à la fin de la grossesse. Cependant, une étude récente démontre que le diabète gestationnel constitue un facteur de risque non négligeable dans la survenue de maladies cardiovasculaires. Selon les chercheurs, les femmes ayant des antécédents de diabète gestationnel avaient plus de risques d’avoir des calcifications des artères coronaires à l’approche ou au cours de la quarantaine. En effet, une analyse de données récemment publiée dans la revue Circulation a révélé que des antécédents de diabète gestationnel multipliaient au minimum par deux le risque de calcification coronaire au cours de la vie de certaines femmes.

Les données analysées sont issues de l'étude CARDIA (Coronary Artery Risk Development in Young Adults) incluant une cohorte prospective multicentrique américaine composée de 1133 femmes, d’un âge moyen de 47,6 ans. Toutes les femmes suivies ont eu recours à des tests de tolérance au glucose au départ de leur grossesse (âge compris entre 18 et 30 ans) et jusqu'à 5 fois pendant 25 ans environ après la grossesse. L’étude tient compte des mesures obtenues à partir d'un ou plusieurs examens de suivi à 15, 20 et 25 ans après la grossesse. La calcification coronaire a été mesurée par tomodensitométrie cardiaque sans contraste. Parmi l’échantillon de femmes, 139 d’entre elles ont signalé un diabète gestationnel au cours du suivi. D’après les résultats de l’étude, un quart des femmes ayant eu un diabète gestationnel présentait une calcification des artères coronaires contre 15% des femmes n’ayant pas eu de diabète gestationnel au cours de leur vie.

Cette étude soulève ainsi la question de la mise en place d’un suivi cardiovasculaire plus systématique après la survenue d’un diabète gestationnel chez la femme enceinte.

 

Sources

  1. Quintanilla Rodriguez BS, Mahdy H. Gestational Diabetes. [Updated 2021 Feb 25]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan

  2. Gunderson EP, Sun B, Catov JM, Carnethon M, Lewis CE, Allen NB, Sidney S, Wellons M, Rana JS, Hou L, Carr JJ. Gestational Diabetes History and Glucose Tolerance After Pregnancy Associated With Coronary Artery Calcium in Women During Midlife: The CARDIA Study. Circulation. 2021 Mar 9;143(10):974-987. doi: 10.1161/CIRCULATIONAHA.120.047320. Epub 2021 Feb 1. PMID: 33517667; PMCID: PMC7940578.