Image Large 1170 x 400: 

Les vaccins sont très efficaces pour prévenir certaines maladies infectieuses mortelles. Ces médicaments immunologiques sont pourtant difficiles à fabriquer. Ils demandent une rigueur importante et bien souvent, beaucoup de temps. Comment les vaccins sont-ils fabriqués et quelles sont les grandes étapes de développement ? Réponses.

 

Le vaccin, une arme de prévention contre les maladies infectieuses

La vaccination permet d’éviter 2 à 3 millions de morts chaque année dans le monde.1 Les vaccins sont donc des moyens de prévention indispensables de lutte contre les maladies infectieuses. Classés dans les médicaments immunologiques par la règlementation européenne, ils permettent de réduire significativement les complications et la mortalité en cas d’exposition à un agent infectieux.2 Cependant, la fabrication des vaccins est souvent longue car elle nécessite de nombreuses étapes avant la mise à disposition, afin d’assurer une efficacité et une sécurité maximales.

Il existe plusieurs types de vaccins sur le marché, les vaccins inactivés comme celui du tétanos et de la coqueluche, atténués comme ceux de la dengue, de la tuberculose ou bien encore du zona, et vectorisés comme certains vaccins récents contre la Covid-19. Ces vaccins permettent respectivement d’inactiver le virus, de l’atténuer ou bien encore de le vectoriser.

Généralement, quel que soit le type de vaccin, le schéma de fabrication est presque toujours identique avec en premier lieu la constitution d’une banque de germes, virus, bactéries ou parasites, sans mutation. Ensuite, il y a la mise en culture de ces germes et la récolte de l’antigène, puis, la purification et la concentration de la substance produite, ainsi que son inactivation si besoin, et enfin, la fabrication des valences antigéniques. Une fois ces étapes réalisées, le vaccin est mis en forme pharmaceutique et conditionné, avec l’association de valences, l’ajout d’adjuvants et stabilisants si besoin et la mise sous flacon. Pour chaque nouveau vaccin, chaque lot subit un contrôle qualité de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) avant la mise sur le marché européen.

 

Le processus de développement des vaccins

Le développement des vaccins est régi par les recommandations européennes comme tout médicament et peut être très long en allant jusqu’à plus de 14 ans dans certains cas.

La phase de développement préclinique constitue la première étape de la recherche sur les vaccins, avant de commencer les études sur l’homme. Elle permet notamment de déterminer l’innocuité du vaccin, sa tolérance ainsi que son pouvoir pathogène. Une fois cette première étape validée, l’autorisation de l’ANSM et l’avis favorable du CPP (Comité de Protection des Personnes) obtenus, les essais cliniques peuvent alors démarrer chez l’homme. Les essais sont séquencés en 4 phases, avec une phase I sur un petit groupe de personnes saines, pour évaluer la tolérance et le pouvoir immunogène. Cette phase est suivie d’une phase II sur la population pour laquelle le vaccin est recommandée afin d’évaluer la tolérance et d’étudier le schéma vaccinal. La phase III concerne une plus grande échelle de la population, avec plusieurs milliers de personnes inclues. Et enfin, la phase IV est réalisée après la mise sur le marché du vaccin, et permet notamment d’évaluer l’efficacité vaccinale et de vérifier l’absence d’effets secondaires à long terme.3

La fabrication de vaccins est donc un process très long qui peut durer plusieurs années. Toutefois, face à l’émergence de nouveaux pathogènes, la recherche vise à accélérer le développement de nouveaux vaccins, et notamment de vaccins à ARN et à ADN qui vont permettre la production d’antigènes directement au sein des cellules, afin d’imiter l’infection virale et potentialiser la réponse immunitaire.4

 

Les types de vaccins disponibles contre la Covid-19

Depuis un an, quatre différents types de vaccins contre la Covid 19 ont été développés ou sont en cours de développement dans le monde. En premier lieu, il y a les vaccins à virus, ils sont soit atténués, soit inactivés. Il s’agit du type de procédé le plus ancien. En second lieu, il y a les vaccins dit à vecteur viral, ils vont être soit à vecteur viral répliquant soit non répliquant. Pour ces vaccins, on utilise d’autres virus pathogènes mais inoffensifs pour l’Homme comme les adénovirus. En troisième lieu, il y a les vaccins à protéines du coronavirus. Et en dernier lieu, il y a les vaccins dit à matériel génétique, soit à ADN, soit à ARN, qui constituent une innovation récente dans l’histoire de la vaccination.

 

Sources

  1. https://www.who.int/topics/immunization/fr/

  2. E. Canouï, O. Launay,Histoire et principes de la vaccination, Revue des Maladies Respiratoires, Volume 36, Issue 1, 2019, Pages 74-81,ISSN 0761-8425, https://doi.org/10.1016/j.rmr.2018.02.015

  3. https://vaccination-info-service.fr/Generalites-sur-les-vaccinations/Qualite-securite-et-efficacite-des-vaccins/Securite-et-qualite-des-vaccins

  4. Lelièvre JD. Les vaccins de demain [Vaccine of the future]. Rev Francoph Lab. 2019 May;2019(512):52-63. French. doi: 10.1016/S1773-035X(19)30258-8. Epub 2019 Apr 24. PMID: 32518603; PMCID: PMC7270526.