Image Large 1170 x 400: 

Selon des chercheurs américains il existerait une corrélation entre l’augmentation du nombre de personnes souffrant de troubles du spectre autistique (TSA) et l’exposition à la pollution atmosphérique. 

1| La pollution pourrait être responsable des TSA

Les troubles du spectre autistique correspondent à des troubles du développement caractérisés par des problèmes de communication et des difficultés dans les interactions sociales.1 Ces troubles seraient induits par différents facteurs de risques génétiques mais aussi environnementaux.

En effet, de nouvelles preuves suggèrent que l'environnement joue un rôle dans le développement de troubles du spectre autistique, mais à ce jour, il y a encore très peu d'infos sur les mécanismes physiopathologiques qui pourraient expliquer ce lien et qui permettraient de développer des mesures préventives adéquates.

Des chercheurs américains ont mené une étude afin de déterminer s’il y a une relation entre la pollution atmosphérique liée au trafic, la qualité de l'air et les TSA. Selon eux, la pollution atmosphérique serait un facteur de risque des troubles du spectre autistique.2

 

2| Une étude menée en Californie auprès de 524 enfants démontre un lien étroit entre pollution et TSA

L’étude a inclus un total de 524 enfants âgés de 24 à 60 mois, dont 279 enfants autistes et 245 enfants témoins avec un développement normal. Les chercheurs ont tenu compte des lieux de résidence de la mère pendant sa grossesse mais aussi pendant la première année de vie de l’enfant.

Pour mener l’étude, la réalisation d’un questionnaire auprès des familles des enfants de l’étude a été nécessaire afin d’obtenir des informations démographiques et médicales pour dépister la présence de TSA. En plus du questionnaire, une analyse précise des données de la qualité de l’air a été faite. Les expositions au dioxyde d'azote et aux particules fines ont également été associées aux TSA pendant la grossesse et au dioxyde d'azote durant la première année de vie.

L'exposition à la pollution atmosphérique liée à la circulation, aux particules et au dioxyde d'azote pourrait donc avoir des effets sur le développement neurologique et accroître le risque de TSA.

D’après les résultats de l’étude, les enfants autistes étaient plus susceptibles de vivre au sein d’habitations avec un degré élevé d'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse et la première année de vie, que les autres enfants de l’étude.

D’après les chercheurs, une femme en cours de grossesse qui serait régulièrement exposée à une forte concentration de particules fines aurait donc plus de risques d'accoucher d'un enfant autiste. Selon eux, les fœtus exposés à des taux de pollution élevés présenteraient trois fois plus de risques de devenir autistes.

Des recherches complémentaires sont nécessaires pour étayer davantage cette piste et contribuer à la prévention des troubles du spectre autistique.

 

3| Sources

  1. American Psychiatric Association.  Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. 4th ed. Washington, DC: American Psychiatric Association; 2000
  1. Volk HE, Lurmann F, Penfold B, Hertz-Picciotto I, McConnell R. Traffic-Related Air Pollution, Particulate Matter, and Autism. JAMA Psychiatry. 2013;70(1):71–77. doi:10.1001/jamapsychiatry.2013.266