Image Large 1170 x 400: 

 

Le diabète de type 2 touche près de 400 millions de personnes dans le monde et ce chiffre évoluerait de 50% d’ici 20 ans (1). Selon une étude publiée en 2016, un régime hypocalorique strict de moins de 700 calories par jour pendant 8 semaines, impliquerait une rémission dans 87% des cas chez les patients nouvellement diagnostiqués et dans 50% des cas pour pour les patients diabétiques depuis plusde 8 ans (2). Pour leur part, des chercheurs de l’université de Cambridge viennent de démontrer qu’une rémission de la maladie était possible avec un objectif de perte de poids de seulement 10% (3).

1| La perte de poids joue un rôle déterminant dans la rémission du diabète de type 2 (DT2)

867 patients âgés de 40 à 69 ans et nouvellement diagnostiqués de DT2, ont été inclus au sein de l’étude de l’université de Cambridge. L’âge moyen des patients était de 61 ans. 61% des personnes étaient des hommes et près de 55% de la population étudiée possédait un traitement hypoglycémiant. Tous les patients ont été suivis sur 5 années et à la fin de cette période, les chercheurs ont constaté que 257 patients ont vécu une rémission de leur maladie, soit près d'un tiers du groupe. Parmi eux, ceux qui ont obtenu une baisse minimum de 10% de leur poids avaient jusqu’à deux fois plus de chance de rémission que ceux qui ont gardé un poids stationnaire3. Selon les investigateurs de cette étude, la rémission correspond à une hémoglobine glyquée (ou Hba1c) inférieure à 6,5% ou inférieure à 48 mmol/L.

2| Des résultats prometteurs selon les chercheurs

Cette étude est donc très encourageante car elle permet aux patients atteints de DT2 de se fixer un objectif atteignable de perte de poids. Pour les chercheurs de Cambridge, « ces résultats suggèrent que la rémission est réalisable sans une intervention très restrictive sur l’hygiène de vie ou des restrictions caloriques extrêmes (3). » De plus, ceci n’est pas sans conséquences car le diabète équilibré diminue le risque de comorbidités, notamment cardiovasculaires, rénales, ophtalmologiques et podologiques (4). Entre le moment de l'inclusion et le suivi à un an, de nombreuses améliorations ont été observées chez les sujets de l’étude notamment au niveau des facteurs de risque de maladie cardiovasculaire (3).

3| Sources

  1. Ogurtsova K, da Rocha Fernandes JD, Huang Y, Linnenkamp U, Guariguata L, Cho NH et al. IDF Diabetes Atlas: Global estimates for the prevalence of diabetes for 2015 and 2040. Diabetes Res Clin Pract 2017; 128: 40–50. 1. DOI: 10.1016/j.diabres.2017.03.024.
  2. Steven S, Hollingsworth KG, Al‐Mrabeh A, Avery L, Aribisala B, Caslake M et al. Very Low‐Calorie Diet and 6 Months of Weight Stability in Type 2 Diabetes: Pathophysiological Changes in Responders and Nonresponders. Diabetes Care 2016; 39: 808–815. DOI: 10.2337/dc15-1942
  3. Behaviour change, weight loss and remission of Type 2 diabetes: a community‐based prospective cohort study. H. Dambha‐Miller  A. J. Day  J. Strelitz  G. Irving  S. J. Griffin, 03 September 2019, https://doi.org/10.1111/dme.14122
  4. Complications du diabète de type 2, Jean-Louis Schlienger, La Presse Médicale, Volume 42, n° 5 pages 839-848 (mai 2013)DOI: 10.1016/j.lpm.2013.02.313